1947 - 1956: Les débuts

1947

Au début de l’entreprise il y avait 22 collaborateurs et 6 membres de la famille (Bernard, beau-frère Frans Van Bouwel et les 4 fils ainés Alfons, Jos, Denis et Paul). Les premières carrosseries avaient beaucoup de succès : chaque création était individuelle, réalisée avec habileté, et dont le modèle et le design étaient souvent inspirés des grosses voitures de tourisme américaines. Dès le début, Van Hool visa une identité propre et une esthétique personnelle.,Entre 1947 et 1952, Van Hool construisit 281 carrosseries. Van Hool apprit très vite ce que signifia la flexibilité. Des carrosseries furent réalisées pour une liste impressionnante comptant des dizaines de marques différentes de châssis!

1947

1948

Première participation au Salon de l’Auto de Bruxelles, une confrontation directe avec le marché et les autres carrossiers. Renommée et reconnaissance étaient nécessaires pour percer.

1948

1949

La première carrosserie fut vendue au Luxembourg à Jean Ross de Troine. Bernard Van Hool comprit rapidement que, pour pouvoir travailler de manière rationnelle et en série dans la construction de charpentes, il fallut développer un nouveau modèle de base. Toutefois, les clients pouvaient continuer à donner leur cachet personnel à leurs véhicules en choisissant l’équipement, les sièges et les harmonies de couleurs.

1949

1951

Premier ordre pour le secteur public, c’est à dire pour les Chemins de Fer Vicinaux (10 carrosseries), avec des règles d’appel d’offres et des normes techniques qui différaient totalement de celles en vigueur sur le marché privé.,Les bases d’une collaboration qui allait conduire plus tard à la naissance d’une technologie belge de construction d’autobus aux allures internationales étaient jetées. Une très grosse commande de 105 camions-ateliers pour l’armée et la gendarmerie fut remportée, un signe avant-coureur de la future construction de véhicules industriels.

1951

1952

Une division CIS (Carrosseriëen voor Industriële Speciale Voertuigen) fut créée. Elle tentait de combler les mois où l’on construisait moins d’autobus et d’autocars, par d’autres travaux de carrosserie.

1952

1953

À cause du recul sur le marché au début des années cinquante, Van Hool partit en prospection au Congo belge. En 1954, les premières carrosseries Van Hool, construites sur châssis Brossel, partirent vers Léopoldville. En raison du climat tropical et des conditions d’exploitation difficiles, les exigences imposées à Van Hool étaient sévères. Jusqu'en 1976, le Congo, et plus tard le Zaïre, allait rester un important client de Van Hool (au total plus de 1.000 carrosseries). Les expériences acquises au Congo furent l’amorce d’activités ultérieures en Afrique,entre autres au Nigeria, en Angola, en Tunisie et surtout en Algérie.

1953

1954

Les premières carrosseries furent livrées aux Pays-Bas, qui allaient devenir lentement mais sûrement un véritable marché intérieur.,La petite entreprise de Bernard Van Hool fut transformée en Van Hool en Zonen PVBA. La construction en série prit de l'importance et des machines spécifiques inexistantes sur le marché devinrent nécessaires. Bernard Van Hool les construisit donc lui-même.

1954

1955

La construction d’une nouvelle usine fut entamée de l’autre côté de la rue. Fin 1955 : La carrosserie occupa 222 ouvriers et 17 employés.

1955

1956

La 1.000e carrosserie Van Hool fut livrée et au total presque 500 véhicules allaient être construits.La divergence des châssis constituait un obstacle à la construction uniforme d’une carrosserie. Construire soi-même des châssis était la seule solution pour sortir de la voie artisanale et pour pouvoir devenir une industrie.

1956