1967 - 1974: Le saut industriel

Sixties

Pendant les golden sixties, de gros investissements furent à nouveau réalisés dans les bâtiments, les machines et l’équipement.,L’internationalisation, la croissance, les nouveaux marchés et la socialisation du tourisme furent les vecteurs d'un nouvel essor.,Le tourisme de longue distance devint réalité, favorisé par le développement constante du réseau autoroutier européen, avec comme corollaire une évolution importante : on construisit des véhicules assez sophistiqués, faits pour le tourisme de masse et un rendement maximal du matériel roulant, comme par exemple le « Jumbo » of VHF700.

Sixties

1966

Le 2.000e autoportant Van Hool fut livré et la société comptait 881 collaborateurs. Les quatre plus jeunes fils Van Hool (Marcel, Leon, Leopold et Herman) avaient progressivement pris leur place dans l’entreprise.,Avec une livraison de 164 autocars complets Van Hool-Fiat, la France aussi fut considérée comme un marché intérieur. Le Van Hool 320, le 340 et le 340 Transligne, un doublé, étaient très populaires chez nos voisins du sud. Les premiers véhicules complets destinés à l’exportation furent construits avec des composants GM. Il s’agissait de midibus autoportants, utilisés pour des services de navette entre les trois aéroports et le centre de New York.

1966

1967

Entre 1967 et 1969, une importante commande fut réalisée pour l’armée : Van Hool construisit toutes les pièces de carrosserie et monta 750 châssis Unimog-Mercedes et 115 unités pour la Croix Rouge.

1967

1968

Première commande pour la Suède. Van Hool répondit à ce marché spécifique, qui fixe des exigences climatologiques particulières, et au besoin typiquement suédoises de véhicules plus longs et de concepts spéciaux. Les bases d’une longue collaboration avec Volvo et, dans une phase ultérieure, avec Scania furent jetées ici. Pratiquement 3.000 véhicules furent livrés en Scandinavie.

1968

1969

La division d’exportation IVEX devint opérationnel. Bernard Van Hool confia la gestion quotidienne à ses huit fils. Il resta le président.,De 1969 à 1974 les ventes de véhicules complets et de carrosseries passèrent à plus de 1.000 véhicules par an.

1969

1971

En collaboration avec le Rijksdienst voor Arbeidsbemiddeling (RVA), la première école de soudure fut créée. En effet, Van Hool avait constamment besoin de main d’oeuvre qualifiée, quasiment introuvable sur le marché du travail.,Le 25/03/1971, Le Roi Baudouin vint en visite chez Van Hool. Il s’intéressait aux activités de Van Hool, aux conditions de travail des ouvriers et à l’oeuvre de toute une vie de Bernard Van Hool.,À Zaragoza, Van Hool Espana fut fondé, qui allait construire plus de 6.000 carrosseriers pour autobus et autocars, entre autres pour l’exportation (Egypte, Pérou, Cuba, Nigéria, Gambie, Argentine, Vénézuéla). Ici, le modèle de base fut développé pour l’Alizée.

1971

1972

Les Chemins de Fer Irlandais (CIE) demandèrent à Van Hool de reprendre les 300 personnes de leur usine d’autobus et lui proposèrent un contrat pour construire des autobus en Irlande. Les CIE allaient fournir les châssis de Leyland. Suite à l’importante dévaluation des monnaies britannique et irlandaise liées entre elles, les exportations de la Belgique vers la Grande-Bretagne et l’Irlande étaient devenues pratiquement impossibles. En 1972 vit la création de Van Hool-McArdle, qui allait se charger de la construction exclusive de tous les autobus pour les CIE. Plus tard, on allait y construire également des autocars de tourisme pour le marché irlandais et britannique. En 1978, Van Hool décida de mettre un terme aux activités de Van Hool-McArdle.,En Grande-Bretagne, en tant que constructeur et carrossier, Van Hool occupe une bonne deuxième place en ce qui concerne les nouvelles immatriculations. Jusqu’à présent, plus de 4.300 unités ont été livrées.

1972

1973

En sa qualité de président d’honneur de l’office Belge du Commerce Extérieur, le Prince Albert visita Van Hool.,Une décision importante fut prise : il fut décidé de construire une nouvelle usine de 4 hectares pour la production de véhicules industriels. Il y avait une demande croissante chez Catrabel pour la fourniture de combinaisons complètes de tracteurs et de semi-remorques. En outre, l’augmentation des ventes d’autobus et d’autocars et la croissance de la production de véhicules industriels dans les mêmes halls de production obligèrent Van Hool à prendre des décisions.

1973

1974

Les huit frères construisirent en l’espace de neuf mois une nouvelle usine. Cette usine moderne fut construit malgré le marasme économique, afin de se préparer en vue de l’inversion de cette tendance.

1974